top of page
  • Photo du rédacteurLaura Lefebvre

Le mental, un soi-disant "ennemi" qui te veut du bien

Dernière mise à jour : 1 déc. 2022




Es-tu de celles / ceux qui pensent que ton mental est ton pire ennemi, l'unique responsable de tes souffrances ? Te sens-tu harcelé(e) en permanence par un enchevêtrement de pensées "négatives", "limitantes" voire "destructrices" qui tournent en bouclent ?

Sans doute, te demandes-tu comment faire pour arrêter cette mécanique infernale ?


Alors si tu te sens concerné(e) par ce sujet, je te propose quelques pistes pour t'aider à faire de ton mental ton meilleur ami, une force sur laquelle tu pourras t'appuyer au quotidien pour avancer dans ta vie ! Séduisant programme n'est ce pas ?

Allez c'est parti !


Le mental est souvent présenté comme l'ennemi à abattre

Dans le domaine spirituel, nombreux sont les ouvrages où le mental est dépeint comme le pire ennemi à ton épanouissement total. On t'invite presque à "éliminer" : il te pourrit la vie, te met des freins qui sabrent ta motivation, tes élans créateurs, ta volonté de te lancer vers de nouveaux horizons...


Tu pourrais toi aussi légitimement le penser quand il contredit tes plans, tes envies, tes désirs, tes intuitions en brandissant des peurs, des objections apparemment fondées et rationnelles, en t'invitant à la patience, à remettre à plus tard, etc.

Dans ces moments là, ton mental se fait l'avocat du diable, c'est un contradicteur, un empêcheur de tourner en rond et tu t'épuises à lutter contre ses injonctions incessantes pour garder tes objectifs et ta trajectoire, quand tu ne jettes pas l'éponge par désespoir...

Oui je le sais car moi aussi j'ai vécu ces moments sombres... Je fais partie des personnes dont on dit qu'elles ont un mental fort et crois moi, j'en ai fait les frais jusqu'à ce que j'en fasse une force !


Le mental, l'élément indispensable à ton épanouissement

Et pourtant, si on est objectif… c’est tout de même grâce ton mental que tu réfléchis, t’interroge, et surtout que tu te remets en question ! Et tu le sais sans doute, un vrai parcours d'évolution personnelle / spirituelle ne se fait pas sans questionnements et remises en question.


D'ailleurs ne trouves-tu pas un peu trop facile de lui coller l'étiquette d'ennemi public numéro 1 ?

Cela ne te fait-il pas bizarre de devoir partir en guerre contre un élément de ta propre personne ? Et crois-tu que c'est ainsi que tu retrouveras l'harmonie et l'unité intérieures ?

Avoues que cela est un peu contradictoire pour quelqu'un qui cherche à s'épanouir et à développer ses potentiels. Vouloir "tuer" son mental, c'est s'amputer d'une partie de soi et pas des moindres...

Vouloir tuer le mental c'est comme vouloir se priver de notre intelligence, de notre capacité de réflexion et d'analyse, c'est comme si tu demandais à ton corps de digérer et assimiler les aliments sans organes de digestion... c'est tout simplement impossible !

Selon moi, avoir un mental fort est une chance incroyable, un allié précieux pour mener ta vie là où tu le souhaites. Sans lui, c’est mission impossible ! C'est à nous de faire bon "usage" de ce formidable outil dont la Vie nous a doté. Quand j’ai compris cela, j’ai admis que ce mental à qui on avait donné un bien mauvais rôle était en fait un précieux allié.


Mais alors comment faire pour faire ami - ami avec lui ?


Le mental, ton ami

Bien sûr, tu ne vas pas d'un coup de baguette magique passer d'un mental "ennemi" à un mental "ami". Cela va te demander quelques efforts au début comme lorsque tu débutes une activité sportive ou que tu apprends les pas d'une nouvelle danse. Mais tu verras que si tu t'entraines régulièrement avec une attitude bienveillante envers toi-même, jour après jour tu parviendras à inverser la tendance !


Prêt(e) ?


Deviens observateur de ton mental

La première chose que tu dois faire c'est apprendre à observer tes pensées : pour cela, prends de la hauteur comme si tu grimpais à un arbre pour observer le paysage environnant. Sois patient(e) et bienveillant(e) envers toi-même car cela n'est pas facile au début de ne pas se faire prendre dans son jeu et tu pourrais vite tomber dans le jugement, la culpabilité, le découragement, etc si tu ne t'armes pas de patience et de volonté ! Plusieurs fois par jour (c'est la clé de la réussite), observes juste les pensées qui défilent sans chercher à les alimenter, à les contrer, à les refouler, à surenchérir, à acquiescer et prends conscience que Tu n'es pas seulement ton mental (puisque tu es capable de te placer en tant qu'observateur) mais que ton mental fait partie tes attributs.

Saisies-tu la nuance et le bénéfice que tu vas pouvoir en tirer ?


Désidentifie-toi de ton mental

Quand tu t'identifie complétement à ton mental, tu en deviens "la proie" et tu te fais mener par le bout du nez. Car d'où proviennent tes pensées ? Es-tu certain(e) que ceux sont les tiennes ? Les as-tu consciemment choisies ? As-tu déjà entendu parler d'inconscient familial, d'inconscient collectif, d'égrégores, etc ?

En réalité, tu vis souvent sous l'influence de pensées étrangères.

A y regarder de plus près, en observant bien ce flux, tu t'apercevras souvent que la plupart des pensées ne sont pas TES pensées mais des croyances ou des schémas (de défense) dont tu as hérité et que tu reproduis machinalement.

Adopter la position de l'observateur va te permettre d'identifier et de mettre à distance les pensées parasites. Tu vas pouvoir ainsi commencer à reprendre la main sur ton mental et collaborer avec lui.

Oui, mais comment ?



Travaille avec ton mental

La première chose, et non des moindres, c'est déjà de changer de regard sur ton mental. Si tu veux pouvoir avancer dans ta vie, tu as besoin de son appui. Cesse de le considérer comme un ennemi et vois le plutôt comme un partenaire avec lequel tu vas collaborer pour gagner en bien-être. Apprends à l'écouter et accueille ses conseils même s'il te semble aller à l'encontre de ton bien-être actuel ou future. Le mental fait partie de tes attributs terrestres, au même titre que ton corps physique et ton corps émotionnel. L'épanouissement d'une personne passe par l'équilibre de l'ensemble de ses attributs.


La "pensée positive" pourrait apparaitre comme la solution à ton problème...

Mais, dis-moi sincèrement, toi qui l'a pratiquée (ou qui la pratique) assidûment, cela a -t-il réellement changé ta vie positivement ? Crois-tu que "contredire" ton mental suffit à le changer durablement ?

Je ne veux pas jouer les rabat-joie mais en ce qui me concerne l'expérience n'a pas été concluante et j'en suis arrivée à la conclusion que la pensée positive fait partie de ces techniques new-âge qui t'entretiennent dans la souffrance pour nourrir énergétiquement/spirituellement et financièrement ceux qui les prônent. Oui j'ose le dire, et tant pis si cela dérange...


En fait, j’ai constaté que toutes les fois où le mental intervient (peurs, jugements, insatisfactions, etc.) il s'appuie sur des idées, des croyances issues d'expériences vécues ou qui ont été vécues par les parents, les grands-parents, les ancêtres (bagages transgénérationnels). On s'aperçoit que le mécanisme mental rejoue inlassablement le même "programme" de défense tant que l'on n'en a pas pris conscience et tant que les émotions sont mises sous le tapis.

Comprends-tu que le mental fait équipe avec l'émotionnel et qu'il cherche le plus souvent à te protéger de futurs déboires ?


Dès lors, la démarche de guérison est simple à mettre en œuvre : l'accueil en est la clé.

Le processus d'accueil va te permettre de retrouver ta complétude, de te réunifier en allant rechercher dans ton passé toutes ces parties de toi qui se sont retrouvées "satellisées" à chaque fois que tu t'es senti(e) ignoré(e), rejeté(e), abandonné(e), maltraité(e), trahi(e), abandonné(e), etc.


Quand tu te retrouve en difficulté ou en souffrance, en proie avec ton mental : arrête-toi, respire, et formule l'intention de revenir à l'origine de ta souffrance, de ta blessure. Le simple fait de le formuler te relie instantanément avec cette part de toi coincée dans les couloirs du temps et qui attend que tu reviennes la chercher. Regarde cette partie de toi, écoutes ce qu'elle exprime et parle-lui pour la consoler, la rassurer, explique lui ce qui est juste pour toi pour solder le(s) grief(s). Dis-lui que tu viens la chercher et que tu l'accueille en toi. C'est certain, cela peut remuer au niveau émotionnel sur le moment, mais c'est juste quelques minutes désagréables pendant lesquelles tu vas accepter de revivre l'émotion pour la guérir ta blessure... Ce faisant, ton mental n'aura plus de matière pour t'effrayer ou te stopper dans tes projets.

Si tu veux approfondir cette méthode, je te suggère d'avoir voir les 2 vidéos de Jean-François Parent sur YouTube (voir en bas du post).


Plutôt que de continuer cette lutte interminable, c’est une coopération qui commence entre l'émotionnel et le mental. Désormais tu vas pouvoir dire à ton mental « merci, je m'occupe de régler ce dossier », et ton nouveau reflexe sera de l'écouter quand il sonne l’alarme car il ne fait que t'alerter sur le fait qu'il y a encore un truc qui coince.

Ben oui parce que pour qu’il change, il faut que Tu changes toi aussi…

Alors que décides-tu aujourd'hui, ton mental, ami ou ennemi ?


Si tu as besoin d'être accompagné(e) dans cette démarche, n'hésites pas à faire appel à un/une professionnel(le) compétent(e) dans la libération des schémas répétitifs


Avec cœur,

Laura


Vidéos de Jean-François Parent sur YouTube


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page