top of page
  • Photo du rédacteurLaura Lefebvre

Karma et vies antérieures ? Comment s'en libérer définitivement

Dernière mise à jour : 6 nov. 2021


Aujourd'hui, quand une personne est entravée, bloquée dans sa vie personnelle ou professionnelle ou qu'elle vit des répétitions de schémas sans pouvoir en sortir, on évoque souvent le karma - ou les mémoires karmiques - comme en étant la cause. Et pour en sortir, les énergéticiens proposent un travail de "libération karmique" permettant de purifier la / les mémoire(s) karmique(s) responsable(s) de la souffrance ou du blocage du moment. Aujourd'hui après avoir moi-même, en tant que thérapeute, proposé et réalisé des séances de libération karmique,


je me pose la question : et s'il suffisait de ne plus croire au karma/vies antérieures pour s'en affranchir et retrouver sa liberté ?

(Je n'aime pas particulièrement parler de moi sur la toile vous le savez, mais quand mon vécu peut être utile, je saute le pas. Bien sûr, je ne vous demande pas de me croire sur paroles. Mon but est plutôt de vous amener à réfléchir, à vous poser des questions et aiguiser votre discernement. Allez, je me lance !)


Dans ma jeunesse, je ne croyais pas plus au karma qu'aux vies antérieures car je suis issue d'une famille où la croyance était : "on a une seule vie, la vie présente".

Arrivée à l'âge adulte, lectures et rencontres sont venues bousculer et remettre en question cette idée mais sans pour autant me convaincre totalement car le doute m'a toujours semblé être une posture saine sur une question aussi cruciale que les origines de la vie, la mort et son mystère. D'ailleurs, sur cette question, les religions/enseignements s'opposent et à ce jour, la science n'apporte pas encore de réponses tranchées.


Depuis 2005, je suis installée comme énergéticienne et naturopathe, et mets tout en œuvre pour apporter des réponses adaptées aux besoins de mes client-e-s. Pour cela, je travaille sur moi, m'informe et de me forme aux "meilleures" techniques.

Ainsi, au fil des formations que j'ai faites et des échanges avec des collègues praticiens en énergétique, un consensus semblait exister sur la place prépondérante du karma dans les causes des souffrances et du malheur des vies de chacun - la mienne y compris.

Mon objectif étant avant tout d'apporter un soulagement à la souffrance de mes consultants, j'ai suivi une 1ère formation sur les Soins Holistiques selon Michel Latour puis dans la foulée une 2ème sur la libération karmique - Karma Libre d'Emmanuel Ferran.

Dès ma 1ere formation, j'ai obtenu des résultats rapides et positifs donc c'était très convaincant et encourageant ! (voir mon post sur la mémoire karmique de janvier 2018). J'ai continué et obtenu des résultats quasi miraculeux pour certains client-e-s.


Puis j'ai commencé à être confrontée à ce genre de problématique dans ma vie personnelle... ce qui au départ ne m'a pas interpelée plus que cela car j'expérimente souvent sur moi avant de pouvoir proposer un accompagnement ou pour me perfectionner dans un outil. Au début, les mémoires karmiques émergeaient à plusieurs mois d'intervalle, puis la fréquence et la récurrence a augmenté et j'ai commencé à me poser des questions...

Oui parce que bien qu'ayant de bons résultats avec mes client(e)s, j'ai également constaté que d'autres choses "clochaient" dont notamment :

  • une thématique identique d'un client(e) à l'autre sur une même période,

  • la récurrence de problématique karmique pour bon nombre de client(e)s, instillant une relative passivité de mes consultants qui attendaient de moi la résolution de leur(s) problème(s).


C'est là que mon système d'alarme intérieur s'est réveillé et qu'intuitivement j'ai su que je faisais fausse route avec cette croyance. Comme par hasard ou synchronicité, j'ai croisé au même moment le chemin de plusieurs personnes qui partagent cette vision. Ouf ! je me suis sentie moins seule !


Alors j'ai compris que la croyance dans les vies antérieures et le karma constitue

un piège qui enferme indéfiniment dans une souffrance et des difficultés émotionnelles ou matérielles, et qui éloigne l'individu de sa véritable nature.


Dès lors, il ne s'agit plus de nettoyer le karma comme on me l'a enseigné et comme je l'ai cru mais bien de s'en libérer définitivement, en coupant énergétiquement avec ces processus dévastateurs mis en place depuis la nuit des temps pour mettre l'humanité en esclavage énergétique.

Si je peux l'affirmer c'est qu'avant de me former à ces techniques de nettoyage karmiques, je n'avais jamais eu à en découdre personnellement avec des vies antérieures. J'ai aussi compris que la plupart de ce que vous pensez être vos pensées ou vos souffrances ne sont pas vos propres pensées et vos propres souffrances. Ce sont des pollutions issues d'âmes, de parcelles d'âmes, d'entités, d'égrégores, etc, dans vos chakras et vos corps énergétiques.


Cette prise de conscience étant faite, il me restait à agir en conscience pour me libérer de cette croyance et donc m'affranchir de cette soi-disant "roue du karma"... Chose, faite, le karma a disparu de ma vie et de celle de mes clients.


Mais alors, me direz vous, les blocages, les fardeaux, les entraves vécus d'où viennent-ils ? Cela relève le plus souvent de la psychologie, c'est à dire d'une mémoire consciente (parfois) ou inconsciente (le plus souvent) d'un évènement mal vécu sur le plan émotionnel. On trouve ici les mémoires fœtales, les mémoires familiales qui se transmettent de génération en génération, les mémoires de la petite enfance et de l'enfance (l'enfant intérieur hurle sa souffrance), etc. Elles peuvent être travaillées et résolues la plupart du temps par une approche psycho-énergétique quantique.


Pour finir je vous rappelle un adage bien connu en naturopathie : "on est ce qu'on mange et ce qu'on pense".


S'affranchir des croyances et retrouver la pureté de notre âme d'enfant est sans nul doute la meilleure voie pour vivre heureux !


Avec Cœur, Laura



PS : si vous avez aimé ce contenu et qu'il vous a permis de croître intérieurement, je vous serais reconnaissante de le partager avec quelques-uns de vos proches sur sur les réseaux sociaux.













Comments


bottom of page